RSS English Français
 

5 LIVRES DEVORANT A DEVORER

Un article de Boris Sawicka, le 07.02.2011
15332 Views
0
 
 
Millenium
Millenium

Millénium, tome 1 : Les hommes qui n'aimaient pas les femmes, de STIEG LARSON

Chaque année depuis quarante-quatre ans, un vieil homme reçoit à son anniversaire une fleur séchée dans un joli petit cadre, un envoi évidemment anonyme; tous ont été accrochés à un mur de son bureau. Et, chaque année, il téléphone immédiatement à un commissaire à la retraite pour lui confirmer le message reçu. Quel message? De qui? Pourquoi?

Mikael Blomkvist est un journaliste économique qui écrit dans le magazine Millénium, dont il est copropriétaire. Parce qu'il n'a pas étayé sérieusement ses informations lors d'une enquête journalistique, il est assez lourdement condamné pour diffamation envers une des personnalités les plus en vue de l'économie suédoise, le multimillionnaire Hans-Erik Wennerström. Alors qu'il va prendre de la distance avec sa vie et son métier, une des figures majeures de l'histoire de l'industrie suédoise, Henrik Vanger, lui confie un travail de la plus haute importance, officiellement écrire une biographie de l'histoire de la puissante famille Vanger.
En fait, la véritable mission de Blomkvist concerne un meurtre non élucidé depuis plus de quarante ans, celui de la petite nièce préférée de Henrik, Harriet Vanger, disparue à l'âge de seize ans. Pour compléter le mystère et susciter la curiosité de Blomkvist, Henrik est provoqué chaque année par un expéditeur anonyme qui lui fait parvenir une fleur sous cadre.

Lisbeth Salander est une jeune femme de vingt-quatre ans, plutôt étrange, en total déphasage avec la société dans laquelle elle vit ainsi qu'avec sa famille; elle a été placée sous tutelle. Mais Lisbeth possède un don exceptionnel, découvrir des informations introuvables par des moyens connus d'elle seule. Elle travaille d'ailleurs en freelance pour une société active dans le domaine de la sécurité.

Tous ces personnages seront amenés à se croiser dans une enquête qui va révéler beaucoup plus que ce que à quoi chacun s'attendait...

Un polar envoûtant en 3 volets, que vous ne lacherai pas.

 

L'élégance du hérisson, de MURIEL BARBERY

« Je m’appelle Renée, j’ai cinquante-quatre ans et je suis la concierge du 7 rue de Grenelle, un immeuble bougeois. Je suis veuve, petite, laide, grassouillette, j’ai des oignons aux pieds et, à en croire certains matins auto-incommodants, une haleine de mammouth. Mais surtout, je suis si conforme à l’idée que l’on se fait des concierges qu’il ne viendrait à l’idée de personne que je suis plus lettrée que tous ces riches suffisants.

Je m’appelle Paloma, j’ai douze ans, j’habite au 7 rue de Grenelle dans un appartement de riches. Mais depuis très longtemps, je sais que la destination finale, c’est le bocal à poissons, la vacuité et l’ineptie de l’existence adulte. Comment est-ce que je le sais ? Il se trouve que je suis très intelligente. Exceptionnellement intelligente, même. C’est pour ça que j’ai pris ma décision : à la fin de cette année scolaire, le jour de mes treize ans, je me suiciderai. »

Un livre charmant et drôle repris au cinéma par Josiane Balasko. C'est un magnifique roman, drôle, cruel, cynique et bien écrit, qui ébranle les certitudes sociales et pointe du doigt un certain cliché de la concierge qui ne peut être qu'idiote.

 

Les yeux jaunes des crocodiles de KATHERINE PANCOL

Deux soeurs. La quarantaine. Iris, belle, très belle, riche, élégante, parisienne. Autrefois étudiante brillante, elle s'est mariée, et sa vie se résume en un tourbillon vain. Iris s'ennuie, rêve de devenir une autre. Joséphine est une littéraire, historienne spécialisée dans l'étude du XIIe siècle. Beaucoup moins belle, beaucoup moins à l'aise dans la vie. Mariée, elle a deux filles, vit en banlieue et se bat pour tenir debout. Un jour, à un dîner, Iris prétend qu'elle écrit. Entraînée par son mensonge, elle persuade sa soeur d'écrire un livre qu'elle signera, elle. Abandonnée par son mari, acculée par les dettes, Joséphine se soumet. Elle est habituée : depuis qu'elles sont enfants, Iris la magnifique la domine. Le destin de chaque soeur va basculer.

Un bon gros bouquin, qui se lit pourtant très vite, pour se détendre il est parfait

 

Clair de femme de ROMAIN GARY

Deux naufragés de l'existence se rencontrent par hasard et tentent l'impossible : s'unir "le temps d'une révolte, d'une brève lutte, d'un refus du malheur", faire coïncider deux fragments de vie pour continuer de faire semblant de vivre. Tout en restant lucides quant à l'audace, à l'insolence même, de l'entreprise.
En quête d'oubli, Lydia et Michel font ce qu'ils peuvent pour surmonter la douleur d'une perte, imminente pour l'un, récente pour l'autre. Par un doux mouvement d'escarpolette, Romain Gary nous les montre tantôt proches, tantôt à mille lieues l'un de l'autre. Et pour accompagner cette danse, pleine de tristesse mais qui ne peut s'empêcher malgré tout d'espérer un peu, le temps du récit se fait l'esclave du souvenir capricieux.
En toile de fond, certains personnages hauts en couleur, comme señor Galba et son caniche qui défient la mort en dansant le paso-doble ou Sonia, caricature à elle seule de tous les Russes blancs expatriés, viennent éclairer ce poignant va-et-vient.

Livre saisissant, la tristesse des uns, la mélancolie des autres, et l'amour de tous s'entremêlent. Une pure merveille. Ce livre aussi a été repris au cinéma avec Yves Montand et Romy Schneider.

 

Inconnu à cette adresse de KATHERINE KRESSMANN TAYLOR

Au début des années 1932, Martin décide de retourner au pays avec Elsa sa femme enceinte d'Adolf en 1933, et Heinrich, Karl et Wolfgang leurs enfants . Les premières lettres sont banales et traitent d'affaires,de la baisse des prix en Allemagne, de la sœur de Max, Griselle, comédienne certaine de faire carrière en Allemagne. Max s'inquiète toutefois à propos de la montée d'Adolf Hitler « qui semble en voie d’accéder au pouvoir en Allemagne » et dont ce qu'il lit sur son compte l'inquiète. Martin, « esprit libéral » et « cœur chaleureux », s'interroge lui aussi: « Franchement, Max, je crois qu’à nombre d’égards, Hitler est bon pour l’Allemagne, mais je n’en suis pas sûr; […] il possède une force que seul peut avoir un grand orateur doublé d’un fanatique. Mais je m’interroge : est-il complètement sain d’esprit ? »

Toutefois, à mesure que Max s'inquiète, Martin adhère à l'esprit nazi, obtient une position de plus en plus privilégiée et finalement, le 9 juillet 1933,

« Nous devons présentement cesser de nous écrire. Il devient impossible pour moi de correspondre avec un Juif ; et ce le serait même si je n’avais pas une position officielle à défendre […]. La race juive est une plaie ouverte pour toute nation qui lui a donné refuge. Je n’ai jamais haï les Juifs en tant qu’individus –toi, par exemple, je t’ai toujours considéré comme mon ami-, mais sache que je parle en toute honnêteté quand j’ajoute que je t’ai sincèrement aimé non à cause de ta race, mais malgré elle.Il lui dit que si les juifs sont des boucs émissaires il y a forcément une raison mis à part la trahison de Juda envers le Christ, il lui dit que les juifs n'osent pas se defendre et se plaignent tout le temps. »

Max insiste cependant, non pour tenter de raisonner Martin, mais parce qu'il est sans nouvelles de sa sœur et une lettre d'Allemagne lui a été retournée précisant qu'elle était "Inconnue a cette adresse " . Mais il ne peut obtenir aucune précision. Max insiste, arguant de la liaison que Martin aurait eu autrefois avec Griselle. Finalement, Martin lui apprend que sa sœur a été tuée. Alors qu'elle avait donné un spectacle, les gens ont decouvert qu'elle etait juive et elle est morte après avoir « stupidement » tenté de se réfugier chez lui. Il lui dit que si Griselle n'avait pas voulu se defendre pitoyablement, les S.A ne l'auraient pas tuée dans un parc tout près de chez Max.

Le rythme et le ton des lettres change considérablement : Max simule la préparation d'un complot. On se rend bien vite compte que l'apparente "affaire" entre les deux hommes cache un code visant probablement à assassiner Adolf Hitler. En effet il est peu probable de trouver des reproductions "Picasso, 17 par 81, en rouge" ainsi que des "Rubens, 15 par 204, en bleu et jaune". Au cours d'une ultime lettre, Martin le supplie d'arrêter ce qu'il est en train de faire. Martin risque d'aller en camps de concentration si Max n'arrête pas de lui écrire, Heinrich a été exclu des Jeunesses Hitleriennes sous pretexte qu'il etait trop faible, Martin a été révoqué de son poste de fonctionnaire. Max continue de lui écrire, il se venge.

Ce petit livre regorge de force et de puissance. En quelques pages vous changer avec le tournure que prend le livre. Un chef d'oeuvre. Ce livre est joué au thé^tre également, si vous avez un jour cette occasion foncer la voir.

Share |